Navigation | Pieter Coeck (1502, Alos – 1550, Bruxelles)

Pieter Coeck (1502, Alos – 1550, Bruxelles)

 

Pieter COECK, La Cène,  avant propos

Le hasard d’une rencontre est à l’origine du long travail d’étude qu’il vous est donné à lire.

Rencontre d’un homme passionné par les Saintes Cènes qui, au cœur d’une chapelle privée, est mis en présence d’une petite œuvre de Pieter Coeck, La Cène, joyau inconnu d’une suite de copies qu’il connait bien. Devant l’éventualité d’une mise sur le marché de l’art, il obtient du propriétaire la faveur d’un sursis nécessaire pour s’adonner au plaisir de l’étude sérieuse du tableau.

Il sait que de grands noms ont déjà, à ce jour, produit un travail considérable sur les célèbres productions du maitre flamand. Néanmoins, il sait que le sujet n’est pas épuisé. De nombreux points d’interrogations subsistent quant à l’exceptionnelle popularité de cette œuvre. Est-elle, à l’origine, le fait d’une commande ? Quel engouement justifie de si nombreuses reproductions ? Pourquoi la datation du modèle original ne fait-elle pas l’unanimité auprès des spécialistes ? Qu’en est-il réellement de l’énigme de l’original égaré ? 

La passionnante aventure prend vite des allures de quête vers une vérité : celle de la réalité historique de l’œuvre. Le promu chercheur, mesurant l’envergure d’un tel projet, s’entoure alors d’une véritable équipe de professionnels qui le soutiennent dans son approche aux accents révolutionnaires.

Car son observation lente, opiniâtre et scrupuleuse le conduit à découvrir la présence singulière d’un langage caché qui soudain ébranle l’évidente lisibilité de l’œuvre. Les éléments décelés sont autant de codes à déchiffrer et le dernier repas du Christ et de ses apôtres revêt alors un caractère inattendu.

Cette surprenante lecture amène un nouvel éclairage sur la volonté du peintre qui délivre un message dangereux et personnel au beau milieu de célèbres querelles théologiques dont l’acmé se situe précisément l’année où Coecke peint le tableau : 1528.

Le sens ainsi désormais restitué, fait de l’œuvre l’original égaré.


.                                                                                           Hélène de Montgolfier


Par ideedart le 3 juillet, 2009 dans ARTISTES ETRANGERS

Laisser un commentaire

oursenpeluche |
L'Arbre aux Voyages |
La vie au collège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Odile Viale
| Mise en scène Emmanuel Tudeau
| Mon grain de sel...